Vous êtes ici : Accueil > Bonheur > 5 clés pour une vie heureuse

Les rubriques
Derniers commentaires
    • Chibrus Octavus: FAUX !
    • Dianne: Après vos commentaires je trouve que pas mal de personnes ont le même problème que moi je vais rester skochée...
    • Katarina: Bonjour, Moi qui ai ce travers (mes parents ne m’écoutaient pas, me donnaient souvent tort) de...
    • Susie Q: Enfin un optimiste en voie de réintégration , lol …bravo
    • Susie Q: Mais non …. un Clown n’est pas triste , il est Chef d’orchestre de la Vie et c’est...
    • Michel Hébert: Je tiens à vous remerciez, ceux et celles qui écrive pour nous montrer que sortir de notre coquille ne...
    • Kelly: Cet article date… Mais je suis tombée dessus et je le trouve intéressant. Chez moi c’est mon...
    • Marcus: Je aimé vraiment cet article court mais très motivant.merci Rémi tu m’as vraiment aider
  • Citation du jour

    " Les maîtres ouvrent la porte, mais tu dois entrer par toi-même. "

    Proverbe chinois

    Inscrivez-vous

    et vous recevrez gratuitement cet ebook contenant plus de 60 pages de conseils pratiques pour mieux profiter de la vie.

    Recueil des articles 2009

    5 clés pour une vie heureuse

    Vie heureuse en couple

    Une vie heureuse

    Qui connait les secrets d’une vie heureuse?

    L’infirmière et auteur australienne Bronnie Ware s’est occupée durant de nombreuses années de personnes mourantes. Au cours des quelques mois passés en compagnie de ces personnes, elle a noté leurs regrets les plus courants. Elle a d’abord écrit un article dans son blog (en français ici) puis un livre. Leur lecture m’a amené à réfléchir sur les secrets d’une vie heureuse.

    Tout d’abord j’ai été surpris par le fait que les personnes, sur le point de mourir, qui font le bilan de leur vie ne regrettent pas vraiment ce qu’ils ont fait mais plutôt ce qu’il n’ont pas fait. Leur conclusion est qu’ils auraient probablement été plus heureux s’ils avaient fait d’autres choix dans leur vie.

    Je trouve triste qu’il faille arriver au terme de sa vie pour découvrir les enseignements les plus importants et ne plus avoir de temps pour les appliquer. Alors je vous propose quelques clés pour commencer dès maintenant à faire les bons choix et jouir d’une vie heureuse.

    Les 5 regrets les plus importants à la fin de la vie.


    Voici le top 5 des regrets des mourants décrits par Bronnie Ware.

    1. J’aurais aimé avoir le courage de vivre ma vie comme je le voulais, et non pas comme les autres l’entendaient. C’est le regret qu’ils avaient le plus en commun: se rendre compte du nombre de rêves qu’ils n’ont pas pu réaliser.
    2. J’aurais aimé ne pas travailler aussi dur. C’est surtout le regret des hommes qui regrettent d’avoir dédié trop de temps à travailler et pas assez à leur famille, conjoint, enfants.
    3. J’aurais aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments. Beaucoup de gens refoulent leurs sentiments afin de maintenir l’entente et la paix avec les autres.
    4. J’aurais aimé rester en contact avec mes amis. Au fil des années les gens mettent de côté des amitiés précieuses parce qu’ils sont trop absorbés par leur propre vie.
    5. J’aurais aimé chercher à être plus heureux. Le bonheur peut-être un choix. Il faut affronter la peur du changement pour ne pas rester coincé dans de vieux schémas et habitudes.

    5 clés pour une vie heureuse.


    Maintenant que nous connaissons les regrets, il est important de découvrir les alternatives, n’est-ce pas?

    Voici donc 5 pistes que je vous propose d’explorer pour que votre vie soit une vie heureuse.

    Savoir être seul et en tirer profit.

    Nous sommes des êtres sociaux mais cela n’empêche que chacun d’entre nous a sa propre personnalité et éprouve le besoin de se retrouver seul de temps en temps.

    Selon le neurologue Leo M. Chalupa nous nécessiterions régulièrement un jour complet de solitude et libre de stimuli pour obtenir le fonctionnement optimal de notre cerveau. Si pendant la jeunesse, la solitude est considérée comme de l’isolement, c’est arrivé à un certain âge qu’on la valorise. Par exemple, lire ou écrire sont des passions qui se pratiquent en solitaire et qui méritent qu’on leur dédit plus de temps.

    Les moments de solitude permettent de se retrouver soi-même pour se ressourcer.

    Cultiver l’amitié et la préserver

    Étonnement, le psychologue Bert Uchino affirme que l’amitié est associée à la bonne santé physique. Le manque de relations augmente la probabilité de mourir plus jeune dans la même mesure que fumer, être obèse ou ne pas faire d’exercice. Une vie pauvre en amitié peut-être associée à une plus grande prévalence de maladies infectieuses.

    Alors, pourquoi ne recherchons-nous pas plus, ou pire encore, oublions-nous les ami(e)s? La réponse, toujours selon ce psychologue, est parce que nous vivons dans une société individualiste et que nous recherchons à être le plus possible autonomes.

    Cette sensation d’autosuffisance se prolonge jusqu’à la vieillesse lorsque la précarité nous fait prendre conscience que la vie serait plus heureuse avec l’aide d’autres personnes.

    Je viens de renouer avec des amis oubliés depuis plus de 25 ans (coucou Alain et Gérard), croyez-moi c’est du bonheur à l’état pur! Ne vous en privez surtout pas!

    Les amis sont des compagnons, qui nous aident à avancer sur le chemin d’une vie plus heureuse.
    Pythagore

    L’intention ne suffit pas

    « Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions », adage bien connu mais souvent oublié.

    Si vous essayez d’arranger une relation avec une autre personne et que cela ne fonctionne pas il est probable que la frustration vous envahisse. Il est alors important de vous demander si l’intention était vraiment dirigée envers l’autre et non égoïstement envers vous.

    Vouloir aider des gens qui le refuse part d’une bonne intention mais sera ressenti négativement par eux.

    Si vraiment vous voulez aider quelqu’un, il faut le faire avec pour objectif principal le bien de cette personne. Il faut aussi s’assurer que c’est possible par une bonne analyse de la réalité de la situation et de la faisabilité.

    Si non, il vaut mieux vous convaincre de ne pas le faire, vous vous éviterez des souffrances.

    Apprendre à perdre le temps

    Beaucoup d’entre nous vivent obsédés par l’idée de gagner plus, d’améliorer leur statut social ou d’obtenir plus de responsabilités.

    Avec la maturité on se rend compte que ce n’est peut-être pas si important que ça.

    En même temps que la tendance à satisfaire le besoin de réussite et la nécessité d’atteindre des objectifs, il est fondamental de se réserver des espaces et des moments pour se déconnecter.

    Selon le psychologue Richard Koestner, être oisif de temps en temps n’est pas lié à un manque de motivation. Il pense que le secret est de savoir concilier 3 facteurs:

    • ne pas avoir d’ambitions matérielles trop élevées,
    • ne pas être envieux,
    • ne pas s’engager sur des taches qui ne seront pas réalisées de toute façon.

    Quand la sensation de trop de pression apparait, rien de tel qu’une petite balade, changer d’air, pour améliorer le fonctionnement de sa mémoire et sa capacité à se concentrer sur les taches à réaliser.

    On ne peut être en permanence à fond la caisse! C’est le principe même de la méthode de gestion du temps Pomodoro: 25 minutes de travail intensif suivi par 5 minutes de relax ou tout au moins de détournement de l’attention sur d’autres thèmes moins demandeurs en effort intellectuel.

    Ce qui semble une perte de temps devient donc bénéfique en terme d’efficacité et surtout au niveau de la satisfaction ressentie.

    Accepter les autres comme ils sont

    Plutôt que de dépenser de l’énergie et du temps à vouloir changer les autres, il est beaucoup plus sage de les accepter tel qu’ils sont. Il est préférable d’accepter ce qui ne nous plaît pas de l’autre au lieu d’essayer de le changer.

    C’est seulement dans la cas où la conduite de l’autre viole nos droits fondamentaux que ça mérite la peine de le faire.

    C’est le concept de base qui devrait s’imposer dans nos relations avec les autres: couple, famille, amis, collègues et même inconnus rencontrés dans la rue.

    La tolérance est un principe de respect envers l’autonomie des autres. Il est important de ne pas évaluer les autres sur des critères tels que: parfait ou imparfait, bien ou mal, positif ou négatif.

    Pour une vie heureuse nous avons aussi besoin des autres alors acceptons-les comme ils sont. Cela n’est pas incompatible avec la recherche de l’affinité avec ceux qui partagent notre vie et donc notre bonheur.

     

    Vous avez certainement vos propres idées sur comment avoir une vie heureuse car beaucoup d’autres comportements influencent notre bonheur au quotidien comme avoir une vie ordonnée ou avoir des habitudes saines par exemple.

    C’est à chacun de trouver son propre chemin entre vivre en harmonie avec soi-même et vivre avec les autres. Savoir doser ces deux comportements est peut-être le vrai secret dans le fond.

    Ce qui est aussi important à mes yeux est qu’il faut être ouvert aux changements dès qu’on estime qu’ils sont nécessaires. S’enfermer dans une situation qui ne nous satisfait pas ou nous rend malheureux aujourd’hui n’a aucun avenir positif. Il faut en être conscient et l’accepter.

    N’attendez pas que les années passent et que les regrets surviennent. Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie disait Ronsard. Suivez vos envies, faites les bons choix aujourd’hui et jouissez d’une vie heureuse maintenant.

    4 réponses à “5 clés pour une vie heureuse”

    • Aly says:

      c’est tellement vrai!
      Mieux vaut en être conscient des maintenant et faire tout pour ne pas demain avoir les même regrets que ces personnes. Cela dit ce n’est pas aussi facile qu’on peut le penser mais il faut quand même essayer.

    • François says:

      Des conseils simples mais tellement utiles pour sa propre santé physique et mentale.

    • Aimea says:

      Ces conseils sont plein de bons sens, et tombent à point !
      Merci infiniment.

    • Helene says:

      Bonsoir Rémi,

      Article qui fait écho en moi actuellement.

      Pour avoir une vie heureuse il ne faut pas attendre que vos proches viennent à vous. Par respect de la vie d’autrui nous restons parfois en retrait. Etre en attente de l’autre engendre des regrets.

      Cas concret: je ne vais pas revoir ma petite fille née en octobre 2012 avant début mars car les parents partent à l’étranger pour des vacances dans la famille de la maman.
      Je m’étais promis de voir ma petite fille régulièrement ayant conscience que chaque instant est précieux surtout à cet âge. Je l’ai vu en janvier et je n’étais pas au courant de la date de leur départ.

      Bon j’aurais mieux fait d’écouter mon coeur sans attendre d’être invité à la visite. Je sais que j’aurai été bien reçue.

      Combien d’occasion d’être heureux laissons nous passer dans nos vie faute de spontanéité, d’audace, faute de pardon aussi parfois…S’avoir s’imposer avec diplomatie bien sur est une nécessité pour de bonnes relations et connaître le bonheur.

      Suivre ses envies…oui!

      A bientôt,

      Hélène

    Laisser un commentaire