Vous êtes ici : Accueil > Bonheur > Comment supporter les gens négatifs

Les rubriques
Derniers commentaires
    • Aurélien: Merci de nous faire part de vos arguments, et de faire partie du web 😉
    • Wendy: Bonjour, sa va faire 1 moi que je déprime suite a un déménagement et le fait d’avoir repris les études...
    • madjid: Merci énormément 🙂 c’est a partir de la que en constate la puissance de la pensé positif
    • Chibrus Octavus: FAUX !
    • Dianne: Après vos commentaires je trouve que pas mal de personnes ont le même problème que moi je vais rester skochée...
    • Katarina: Bonjour, Moi qui ai ce travers (mes parents ne m’écoutaient pas, me donnaient souvent tort) de...
    • Susie Q: Enfin un optimiste en voie de réintégration , lol …bravo
    • Susie Q: Mais non …. un Clown n’est pas triste , il est Chef d’orchestre de la Vie et c’est...
  • Citation du jour

    " Rien ne sert d'aimer nos richesses puisque nous ne les emporterons pas avec nous. Nous sommes nés sans bagages et nous mourrons sans. "

    Proverbe chinois

    Inscrivez-vous

    et vous recevrez gratuitement cet ebook contenant plus de 60 pages de conseils pratiques pour mieux profiter de la vie.

    Recueil des articles 2009

    Comment supporter les gens négatifs

    Gens négatifs

    Gens négatifs

    Pour réussir, une des recommandations est simple: soyez positif, mais ce n’est pas toujours facile, surtout si vous avez des gens négatifs dans votre entourage.
    Vous savez, ceux qui critiquent tout, qui ne sont jamais contents ou qui tentent de briser vos élans dès qu’une idée « géniale » vous passe par la tête!
    Que faire face à ces gens négatifs? Voici quelques solutions possibles.

    Le danger des gens négatifs

    Les gens négatifs se caractérisent principalement par le fait qu’ils passent leur temps à se plaindre. Rien ne va jamais comme ils le voudraient, qu’ils soient concernés ou non par les évènements d’ailleurs.

    Le monde entier serait monté contre eux. Dès qu’il faut faire quelque chose, leur premier réflexe est de râler: « C’est pas possible », « C’est toujours sur moi que ça tombe », « Mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça », etc.

    Comme ils se complaisent dans l’insatisfaction, ils n’ont évidemment aucune envie de trouver des solutions à leurs misères, sinon ils n’auraient plus de raison de vivre.

    Le gros problème avec ces gens négatifs est qu’ils nous font perdre du temps, de l’énergie et qu’ils arrivent même à nous mettre en situation de stress.

    Défaitistes, ils peuvent vous amener à douter de vous, de vos capacités, de vos désirs.

    De plus leur « maladie » est contagieuse. Dans une réunion, une personne négative  peut rassembler autour de ses critiques toutes celles qui ont des doutes ou qui n’osent pas s’exprimer.

    Le conseil principal est donc logiquement:

    « Fuyez les gens négatifs! »

    Et si je ne peux pas fuir?


    Eh bien oui, fuir n’est pas toujours la solution. Si les personnes difficiles se trouvent dans votre entourage professionnel ou familial, vous êtes « condamné » à les supporter, dans une certaine mesure.

    Que faire dans ce cas-là? Voici une petite liste de comportements possibles.

    • Fuir: comme déjà expliqué, ça reste la meilleure solution, quand c’est possible.
    • Si la fuite est impossible: faire tout ce qui est raisonnablement possible pour limiter les rencontres avec ces personnes.
    • Quand la rencontre ne peut être évitée, faire le dos rond: c’est ce que font les animaux en plein air lorsqu’il pleut. Attendre que l’averse passe en se mouillant le minimum possible. Pratiquement cela consiste à ne pas se considérer comme participant dans la conversation, être au dessus de ce qui se passe, entendre les critiques, les plaintes mais ne pas s’en charger émotionnellement. Ne pas réagir et ne pas se laisser envahir par la négativité. Je reconnais qu’il faut pas mal de force morale pour y parvenir.
    • Si le dialogue est nécessaire: ne tombez pas dans le jeu des gens négatifs qui cherchent à vous provoquer.  Ne vous laissez pas emporter dans des réactions du même style que celles de votre interlocuteur: ton de la voix, niveau sonore, débit rapide, gesticulation. Restez tranquille. Écoutez froidement et efforcez-vous de comprendre les vrais motifs de la personne qui se plaint ou qui râle. Donnez alors un avis ou faites des propositions qui mettent en valeur des aspects  positifs. Cherchez à repousser le négatif avec des affirmations positives.
    • Enfin si vous voulez vraiment aider une personne négative et la convaincre, sachez qu’il va vous falloir beaucoup de patience, de maîtrise de vous et de diplomatie. Mais c’est heureusement possible. Sachez que vous ne récolterez rien de positif en les brutalisant verbalement. Une stratégie consiste à trouver les vrais motifs du comportement de la personne puis lui en faire prendre conscience peu à peu par un jeu de propositions alternatives et de questions qui amènent à des réponses positives.

    Dans certains cas vous n’arriverez pas à faire changer d’avis aux gens négatifs. Je vous conseille alors d’abandonner. Dites gentiment mais fermement à votre interlocuteur que vous n’êtes pas d’accord avec lui, que son comportement vous dérange, vous déçoit, et que vous ne voulez plus continuer la conversation… et partez! Ou dites-lui de partir! Oui, fuir puisque c’est la meilleure solution.

    16 réponses à “Comment supporter les gens négatifs”

    • Susie Q says:

      Enfin un optimiste en voie de réintégration , lol …bravo

    • Susie Q says:

      Mais non …. un Clown n’est pas triste , il est Chef d’orchestre de la Vie et c’est beau ça ! Rien ne vaut un tour de piste , trois petits tours … et puis s’en va en sifflotant , les mains au fond de ces poches trouées mais pleines de rêves ‍♀️

    • Kelly says:

      Cet article date… Mais je suis tombée dessus et je le trouve intéressant.
      Chez moi c’est mon conjoint qui est négatif au possible. Sans arrêt à se plaindre de tout et rien ! Cela fait des années que cela dure… Et pour chaque chose à propos de laquelle il se plaint à moi, je finis toujours, de par son discours, par avoir la désagréable impression qu’il tente de faire en sorte que me me sente responsable parce que je ne vais pas dans son sens justement. J’essaie de trouver du positif pour ne pas l’encourager dans ses délires de persécution et de paranoïa… Mais malheureusement cette méthode ne fonctionne pas, et je finis toujours par en prendre pour mon grade parce que selon lui je ne fais rien pour l’aider, parce que « je ne le comprends pas »…
      Je finis par perdre l’espoir que cela s’améliore un jour. Ca me bouffe car j’ai mauvaise conscience alors que je ne suis pas responsable de ses problèmes.
      Et mon amour est sur le point de s’éteindre, car à force je n’ai plus aucune envie de me saper le moral et la santé pour quelqu’un qui passe son temps à voir tout en noir malgré ce que j’ai pu faire pour l’aider…
      Je crois que pour moi il ne reste malheureusement plus que la dernière solution…

    • Adama says:

      On peut tous être des personnes négatives (on peut traverser des périodes particulièrement difficile et être aussi lucide sur ce qu’on vit). En soi, être positif ou négatif ne veut rien dire. C’est surtout une manière non de se comporter mais de considérer soi-même. Je connais quelqu’un qui n’est jamais satisfait de rien, pas même de lui-même. Cette personne considère que tout ce qu’elle fait est sans talent ni valeur et passe son temps à se dénigrer, quoi qu’on fasse pour changer son regard sur les choses avec des remarques plus optimistes. C’est extrêmement lassant à la longue même si on peut parfois comprendre cette forme d’insatisfaction. Dans ce cas précis j’ai l’impression d’avoir affaire à une personne perfectionniste qui utilise cette stratégie et celle de la dévalorisation par ce qu’elle a très peu confiance en elle et que ces pensées sont peu sécurisantes. On ne répètera jamais assez qu’il est utile de surveiller un peu sa voix intérieure.

    • elfia says:

      Bonjour,

      Qu’est ce qu’une personne réellement négative ? attention de ne pas stigmatiser les gens,,,, j’aimais bien la pub de TF1, dans la vie,,,, il y a toujours quelqu’un avec des idées opposées aux vôtres, celà n’en fait pas moins quelqu’un de négatif, à vous de réussir à argumenter de façon factuelle et concrète pour faire comprendre votre position et si celà se trouve réussira même à convaincre votre interlocuteur ! et savoir à l’inverse écouter les arguments de l’autre sans lui couper la parole ou témoigner du mépris par vos gestes,,,, pour celà c’est de la communication et ce n’est à la portée que de trés peu de gens,,,,,,des négatifs, ce sont ceux qui par ex,,, pense que même leur propre projet va échouer donc ne l’amorce pas,,, pourquoi le fuir ? pourquoi ne pas lui redonner confiance en le questionnant sur son projet ? ce peut être aussi une personne qui ne voit que les côtés négatifs des autres,,, pourquoi le fuir avant d’essayer de lui demander et quels sont les points positifs ? lui- même verra son axe d’amélioration,,,, d’autres ont toujours peur de la mort et la maladie , pourquoi ne pas lui demander s’il a déja été opéré ou malade avant,, ce qu’il a vécu pour avoir peur ainsi, et le conseiller,,, pour le guider vers un thérapeute ? ,,,, fuir n’est pas une solution, aider l’autre c’est aussi faire preuve d’emapthie, d’altruisme et d’écoute,,, mais si vous voulez fuir ? pourquoi ? qu’est-ce-qui vous fait peur,,,, ? que pourriez- vous améliorer dans votre quotidien pour améliorer vos échanges avec cette personne ? vous aussi vous pouvez grandir,,, à moins que vous estimiez être au- dessus d’une certaine catégorie ? de la réfléxion c’est bien aussi,,,,

    • CLAIRE says:

      merci de tous les conseils ,je me rends compte que courber le dos est une bonne chose c’est ce que je fais depuis trois ans avec ma collégue qui me harcéle de commentaires négatifs du matin au soir à la limite de l’agressivité,recherchant certainement une oreille complice avec qui elle pourrait se plaindre .
      mais comme on dit si bien  » ça rentre par une oreille puis ça ressort par l’autre »

    • Flora says:

      Cet article est très bien, en effet. J’ai été élevée dans un environnement très négatif et par des parents souffrant de trouble narcissique de la personnalité (aussi appelés « parents toxiques »). Est ce que vous auriez aussi des solutions pour quand il est « trop » tard et qu’on a pas réussi à ne pas se laisser bouffer? Merci en tout cas pour prévenir!

    • Annina says:

      Bonjour,
      Le problème de mon côté, c’est que c’est mon mari le négatif. Cela fait dix ans que nous sommes mariés et nous avons deux beaux enfants. Son négativisme a tranquillement pris toute la place. Je me suis rendue compte que j’ai accumulé toutes ses plaintes depuis toutes ces années. Les poubelles sont toujours pleines trop vite… Il doit s’occuper de les sortir. Il doit récolter le jardin (qu’il a lui même semé), il doit le faire car Personne ne va le faire à sa place. Le repas que je fait est bon, mais il manque toujours quelque chose pour qu’il soit à SON goût. Il se lève le matin et il est déjà fatigué de sa journée. Je lui ai dit à plusieurs reprises d’arrêter de se plaindre, mais rien n’y fait. C’est toujours de ma faute. C’est un homme bon et jovial en général. Il est un bon père, mais je ne suis plus capale de l’entendre se plaindre. Je suis devenue irritable et commence à me sentir mal dans ma peau. Je suis habituellement une personne positive et j’ai toujours plein de projets en tête, mais les projets deviennent insurmontables, car il a toujours le moyen de les obscursir sans mème vouloir y participer. J’ai commencé à voir un psychologue afin de voir si c’est moi le problème. Peut-être y a-t-il une façon d’agir avec ce genre de personne. Après une rencontre, je me suis rendue compte qu’une thérapie de couple est de mise. Il est d’accord avec l’idée. On verra bien.
      Annina

    • Céline says:

      De nature positive et ultra volontaire, il m’est très difficile de supporter les gens négatifs. S’ils sont négatifs avec leurs propres projets et leurs propres rêves passe encore. Mais lorsqu’ils tentent de me mettre la pression et de me faire adopter un point de vue négatif sur mes projets ou mon mode de vie (je suis auteur, prof de danse, journaliste pigiste et j’aime cette liberté artistique), j’ai tendance à me rebeller et à vouloir, à mon tour « leur faire boire la tasse ». Je sais cependant que c’est très mauvais pour mon énergie, que cela va abaisser mes vibrations… Donc soit je fuis physiquement, soit je fixe un point entre leurs deux yeux et je pense alors à quelque chose de futile qui me fait plaisir (quel genre de chaussures vais-je m’acheter pour mettre avec ma nouvelle robe ou comment trouver le séjour le moins cher à Hawaï). Tout est bon pour ne pas entendre. Quand la conversation m’exaspère je demande un puis deux puis trois verres d’eau que je bois devant eux. Je coupe ainsi 3 fois de suite leur conversation négative et la plupart du temps ils abandonnent! Rien de pire que les défaitistes. FUIR c’est toujours le mieux! Et mettre son ego de côté sous peine d’abaisser ses vibrations…

    • Rémy 74 says:

      Pas sûr qu’il est possible de changer le comportement des éternels insatisfaits de la vie, j’en ai fait la triste expérience. Pour certaines personnes porter les malheurs du monde pour se faire plaindre est presque jouissif…Alors sans thérapie pour en connaitre et évacuer la cause, il faut beaucoup de ténacité et d’optimiste pour arriver à guérir leurs frustrations. Bienvenue au club des positifs …

    • Patrick Elvariste says:

      D’après mes petites idées; mieux vaut courir dès fois mais parfois il faut affronter le mal je m’explique.
      L’on doit se méfier des gens négatifs pour ne pas se tomber dans le piège qu’il nous tente en vue de ne pas se noyer comme eux,et quelques fois il faut essayer de voir si dans l’émergence d’une idée si l’on pourrait sortir quelqu’un de son trou.
      Merci Rémi ,à bientot

    • Pénélope says:

      je suis également devenue négative. Divorcée, malmenée psychologiquement par mon ex-mari, j’ai beaucoup de difficulté à retrouvé ma joie de vivre tout est fatalité, il m’arrive quand même de refuser cela et être confronté à des personnes plus négative que moi, cela prouverait-il dire qu’on ne le soit pas tous de nature? Certaines personnes se complairaient elle dans cette état?

    • C. ADRIEN says:

      Bonjour,
      Votre article est très intéressant mais : depuis des années, soit je fais le dos rond, soit je tente de positiver la (ma mère) ou les personnes autour de moi. Je suis devenue finalement une oreille et étant aussi une éponge, j’ai perdu mon optimisme et suis maintenant devenue à mon tour négative j’espère retrouver ma joie de vivre et l’optimisme qui me permettaient de soulever des montagnes avec mon sac à dos de casseroles. A ce stade, que faire, merci ! l’humour m’a toujours sauvée pour le moment elle sauve les autres et je m’aperçois que je suis un clown triste. Merci

    • ionela says:

      merci pour les conseils mais comment faire quand la personne est sa mère et partie loin(moi) a2000 km ça ne suffit pas?Sa viellesse et ma culpabilité m’absorbent

    • Jérôme says:

      Je suis plus partisan de convaincre que de fuir. Quoiqu’il en soit, je pense que si le négatif est contagieux, je pense que le positif l’est aussi 🙂
      Peut être parce que j’en suis un…

    • Nazaire SANGLI says:

      Je vous remercie pour cet article qui nous donne des astuces pour nous mettre à l²abri des personnes qui passent le temps à se plaindre et à nous faire perdre notre temps. Merci d’y avoir pensé et bonne suite.

    Laisser un commentaire