Vous êtes ici : Accueil > Compétences > Décider > Dominer la prise de décision

Les rubriques
Derniers commentaires
    • Jorge: La flexibilité c’est vraiment le truc! Je souvent la exercite trop!
    • MARION: En fait, c’est une technique… pour avoir toujours raison. On n’avance pas, là.
    • ANANOU Félicité: J’aime bien vos articles. Ils sont d’une aide importante. Merci.
    • Delahaye: Bonjour, Un sujet très intéressant sur lequel on pourrait débattre ! 🙂 Pour ma part j’ai des grosses...
    • Martyknight: Super utile surtout pour des sujets de rédaction en français
    • Aurélien: Merci de nous faire part de vos arguments, et de faire partie du web 😉
    • Wendy: Bonjour, sa va faire 1 moi que je déprime suite a un déménagement et le fait d’avoir repris les études...
    • madjid: Merci énormément 🙂 c’est a partir de la que en constate la puissance de la pensé positif
  • Citation du jour

    " Il faut des moments de calme pour observer sa vie ouvertement et honnêtement... Passer des moments dans la solitude donne à ton esprit l'opportunité de se renouveler et de créer de l'ordre. "

    Susan Taylor (née en 1946) - journaliste américaine

    Inscrivez-vous

    et vous recevrez gratuitement cet ebook contenant plus de 60 pages de conseils pratiques pour mieux profiter de la vie.

    Recueil des articles 2009

    Dominer la prise de décision

    Prise de décision

    Prise de décision?

    Si vous voulez atteindre vos objectifs, la prise de décision est un passage fondamental dans les diverses étapes qui jalonnent votre vie.

    Que ce soit pour le choix de vos études, de votre carrière professionnelle, de partager votre vie avec une autre personne, d’avoir des enfants, et bien d’autres situations.

    Et pourtant bien des gens sont incapables de prendre une décision aussi élémentaire qu’elle soit.

    Les différents processus de prise de décision

    De nombreux facteurs interviennent à l’heure de décider face à un problème particulier: on peut les regrouper sous deux aspects: le contexte dans lequel il apparaît et disons nos dispositions mentales, nos états d’âme.

    Lorsque je pilotais mon avion de chasse, il y avait forcément des moments où les décisions devaient être prises pratiquement instantanément sous risque de conséquences graves voire irrémédiables. Pas de place pour les sentiments, les émotions. C’est après que je pouvais éventuellement ressentir une frayeur rétrospective… et c’est arrivé, croyez-moi.

    Ce genre de décision instinctive est le fruit de l’entrainement, des heures de vols, des heures de simulateurs à se préparer aux situations extrêmes et même à l’imprévisible d’une certaine manière.

    Dans le cadre actuel du championnat du monde de football, c’est la situation de l’avant d’une équipe  qui pénètre dans la défense adverse et peut soit passer la balle à un compagnon bien placé, soit prendre sa chance et tirer au but. S’il réfléchit quelques dixièmes de secondes de trop, c’est fini, un défenseur lui a retiré la balle des pieds!

    L’important est de comprendre qu’une bonne préparation va vous aider à ce type de  prise de décision rapide.

    Un autre exemple de contexte est bien sûr le milieu professionnel. Décider d’une stratégie ou des investissements à réaliser, nécessite de grandes quantités d’information sur le marché, les produits, la concurrence. Ensuite il faut faire des simulations, peser les avantages et les inconvénients des différentes options possibles pour finalement prendre la décision définitive seul ou en comité.

    D’une certaine façon il s’agit d’un raisonnement logique; tout au moins jusqu’avant la prise de décision finale qui elle peut faire intervenir des critères de choix tout à fait subjectifs.

    Concernant les facteurs liés à notre personnalité, à notre capacité de décider facilement ou pas, à nos doutes, à nos états d’âme du moment, à nos désirs profonds, nous rentrons dans les méandres du cerveau humain et chaque personne est un cas particulier. Vos antécédents, les étiquettes reçues au cours de votre jeunesse influencent la prise de décision qui peut devenir beaucoup moins automatique et nécessiter alors  un raisonnement plus ou moins logique pour arriver au but.

    Cependant combien de décision sont prises finalement sur un coup de cœur, pire sur un coup de tête, ou même à pile ou face!

    Choisir sa carrière professionnelle est un exemple où interviennent une infinité d’éléments. Le choix qu’il faut faire à l’heure de s’inscrire dans une école ou dans une fac dépend de nos propres envies, de nos passions mais aussi des nécessités de la vie (aspect économique en particulier). Il dépend aussi des modèles qui nous conditionnent: la famille, le milieu social, le milieu culturel, l’exemple des amis.

    Cependant, à l’heure de prendre une décision, on suivra généralement une méthode comme celle que je vous propose maintenant.

    Les différentes phases de la prise de décision

    Vous trouverez beaucoup de méthodes de prise de décision sur Internet. Elles présentent toutes les étapes suivantes plus ou moins détaillées selon leurs auteurs.

    Bien sûr ces phases seront modulées en fonction de la complexité du problème: depuis une simple phrase jusqu’à des dossiers de milliers de pages dans le cas d’une navette spatiale par exemple.

    1. La phase de compréhension.

    • Il s’agit de définir le plus clairement possible ce qui fait l’objet de la prise de décision.
    • Il faut réunir les informations les plus précises, objectives et véraces possibles.
    • On pourra aussi décider de comment on décidera: définir une méthode de sélection par exemple.
    • Ou encore décider de déléguer la prise de décision: par exemple chez moi, c’est ma femme qui décide de l’achat des électroménagers. Comme c’est elle qui s’en sert le plus ça me paraît logique…

    2. La recherche de différentes solutions:

    • C’est la phase de créativité.
    • À partir des informations rassemblées, il faut définir une liste de solutions possibles.
    • On peut aussi faire appel à une personne extérieure: spécialiste, famille, ami.

    3. L’analyse des options définies:

    • Il s’agit d’étudier chaque possibilité une par une.
    • Peser le pour et le contre, les avantages et les inconvénients, les points forts et les faiblesses, bref tous les critères importants dans le contexte particulier.
    • Au cours de cette phase il ne faut pas oublier vos objectifs à long terme et à court terme.
    • Normalement les décisions que vous allez prendre doivent vous permettre de vous rapprocher de ces objectifs.

    4. La prise de décision – Agir:

    • Il faut maintenant choisir la solution la meilleure et la mettre en pratique immédiatement si possible.
    • Pour un processus complet il faut ensuite suivre et analyser les résultats obtenus par rapport aux attentes et éventuellement modifier ou changer la décision.

    Autres aspects de la prise de décision

    Il ne faut jamais oublier qu’il existe bien souvent plusieurs décisions possibles et plus ou moins valables. Décider c’est donc faire un choix. Cela signifie que des possibilités de solution sont écartées bien qu’elles ne soient pas systématiquement mauvaises.

    La notion de responsabilité intervient alors. Responsabilité vis-à-vis de soi-même mais aussi vis-à-vis des autres. L’endroit où vous avez décidé de passer vos vacances ne convient peut-être pas à tous les membres de votre famille!

    Parfois il faut même faire preuve de beaucoup de courage pour prendre certaines décisions comme le dit si justement Peter Drucker:

    Chaque fois que vous voyez une entreprise qui réussit, dites-vous que c’est parce qu’un jour quelqu’un a pris une décision courageuse.

    Et l’intuition dans tout ça?  C’est aussi un processus de décision très semblable à celui de la décision instantanée évoquée auparavant.

    L’intuition est une sorte de court-circuit à l’intérieur de notre cerveau qui nous fait passer de la découverte du problème à la décision. En fait il est aujourd’hui démontré que la phase d’analyse a bien lieu mais elle se fait pratiquement instantanément sur la base des informations enregistrée dans notre cerveau, donc des expériences acquises au cours de notre vie.

    Le piège le plus grave est celui de l’indécision. C’est bien souvent la conséquence d’un manque de confiance en soi qui provoque des souffrances permanentes, des remords. Certains vous diront qu’il vaut mieux prendre une décision, même si ce n’est pas la meilleure, que de ne rien décider du tout.

    Quand on a peur dans la vie, c’est parce qu’on se sait pas quelle décision prendre.
    Les ThanatonautesBernard Werber

    10 réponses à “Dominer la prise de décision”

    • Mouna says:

      Bonsoir
      merci c’est un trés bon article .

    • Patrick Elvariste says:

      Bonjour Rémi
      D’après moi,dominer la prise de décision c’est savoir le meilleur choix à faire parmi des dizaines.Je m’explique au haut de la page vous donnez une illustration de plusieurs chaussures et il faut en mettre une paire,le choix dépend soit du vêtement ou de l’endroit on va.
      Merci pour ce cadeau inestimable

    • Rémi says:

      Je vous remercie tous pour vos commentaires.
      je viens de recevoir un email avec la question suivante: « Comment savoir si la décision que je prends est la bonne? »
      Qu’en pensez-vous?
      Amicalement,
      Rémi

    • Jérôme says:

      Très bon article !
      Le processus me semble très logique, et c’est dans lequel je m’identifie face à un problème. Et je suis aussi d’accord sur le fait que le pire dans ce processus, c’est l’indécision, de ne rien faire et de rester sur place.

    • akoulong christophe jolly says:

      je trouve cet article très intéressant. Une fois de plus merci pour ce travail de développement de l’être humain face à son destin. la prise de décision est quelque chose de très embêtant et avec l’exploitation de vos connaissances en la matière, je pense que je pourrais dominer certaines faiblesses personnelles telles que le sentiment, la et autres pour et encore une fois de plus

    • Un des éléments clé de la prise de décision est le degré de certitude ou d’incertitude des résultats de nos actions dans un système donné. La prise de décision dans la certitude signifie que les résultats de chaque option sont connus. La prise de décision dans l’incertitude signifie que la probabilité d’obtention des résultats pour chaque option n’est pas connue. Si la probabilité d’obtention de résultat est prévue sur la base d’une expérience antérieure, cette prise de décision est considérée comme à risque.

      La prise de décision dans la certitude pose le problème de la détermination des compromis parmi des objectifs ou critères parfois perçus comme conflictuels, comme par exemple « qualité » et « prix », « Croissance et sécurité ». La prise de décision dans l’incertitude implique la détermination des conséquences probables de l’action choisie et celle des compromis potentiels. Le compromis entre les réactions et désirs émotionnels immédiats et les conséquences à plus long terme est un des problèmes clé fréquent des prises de décision.

    • heiwanobushi says:

      Bonsoir,

      J’ai beaucoup aimé cet article.
      Le processus est parfois propre à chacun, avec une analyse des risques parfois poussées ou non, mais comme vous le dites, les phases restent les mêmes.

      Merci pour cet article,

      Heiwan

    • Paul Newman says:

      Bonjour

      Vos articles sont toujours des plus enrichissantes. je suis un assidu de celles-ci et de plus je les met enpratique continuez ce bon travil il est indispensable pour ceux et celles qui de près ou de loin s’intéressent
      aux diverses prises de positions. Merci pour ce magnifique travail

    Laisser un commentaire