Vous êtes ici : Accueil > Objectifs > Gagner > La confiance en soi ça se travaille

Les rubriques
Derniers commentaires
    • Jorge: La flexibilité c’est vraiment le truc! Je souvent la exercite trop!
    • MARION: En fait, c’est une technique… pour avoir toujours raison. On n’avance pas, là.
    • ANANOU Félicité: J’aime bien vos articles. Ils sont d’une aide importante. Merci.
    • Delahaye: Bonjour, Un sujet très intéressant sur lequel on pourrait débattre ! 🙂 Pour ma part j’ai des grosses...
    • Martyknight: Super utile surtout pour des sujets de rédaction en français
    • Aurélien: Merci de nous faire part de vos arguments, et de faire partie du web 😉
    • Wendy: Bonjour, sa va faire 1 moi que je déprime suite a un déménagement et le fait d’avoir repris les études...
    • madjid: Merci énormément 🙂 c’est a partir de la que en constate la puissance de la pensé positif
  • Citation du jour

    " Il faut des moments de calme pour observer sa vie ouvertement et honnêtement... Passer des moments dans la solitude donne à ton esprit l'opportunité de se renouveler et de créer de l'ordre. "

    Susan Taylor (née en 1946) - journaliste américaine

    Inscrivez-vous

    et vous recevrez gratuitement cet ebook contenant plus de 60 pages de conseils pratiques pour mieux profiter de la vie.

    Recueil des articles 2009

    La confiance en soi ça se travaille

    Confiance en soi

    Faire preuve de confiance en soi

    Pourquoi certaines personnes semblent être à l’aise en toutes circonstances et ne jamais douter de leurs capacités. Tandis que d’autres manquent totalement de confiance en soi et passent une grande partie de leur temps à fuir. Fuir les responsabilités, fuir les relations avec les autres, finalement fuir la vie.

    La bonne nouvelle est que la confiance en soi peut se développer avec des exercices simples, si vous en avez besoin … et la volonté d’y parvenir.

    Qu’est-ce que la confiance en soi ?


    Pour les psychologues, la confiance en soi est « Une prédiction réaliste et ponctuelle qu’on a les ressources nécessaires pour faire face à un genre particulier de situation ».

    Plus simplement, c’est le sentiment intérieur que l’on est capable de sortir en vainqueur d’une situation qui va ou pourrait apparaître dans un futur proche. Par exemple, demain je dois faire la présentation de mes produits à un nouveau contact: je m’en sens capable, je suis convaincu que cela se passera bien et je ressens même de l’enthousiasme à l’idée de le faire parce que je l’ai déjà fait et je m’en suis plutôt bien tiré, même si je n’ai pas toujours conclus avec une vente.

    La situation inverse étant évidemment un sentiment de panique, une peur incontrôlée, des doutes sur ses capacités, sur ses moyens, sur les questions embarrassantes qui ne manqueront pas de tomber, etc.

    Il est intéressant de noter les notions qui sont évoquées dans cette définition: le sentiment intérieur d’être capable de, une situation concrète à venir, une action à réaliser avec une prise de risque et enfin un but c’est à dire un sens à cette action.

    Bien sûr la confiance en soi n’est jamais acquise une fois pour toute. Ce sont les circonstances, nos capacités à un moment donné, notre auto-estime, nos émotions qui font que l’on se sente plus ou moins en confiance.

    Se connaître soi-même

    Sur le chemin de la confiance en soi, la première étape est de se connaître soi-même.

    Apprenez à découvrir qui vous êtes vraiment: quelles sont vos qualités, vos défauts. Faites la liste de ce que vous aimez et de ce que vous n’aimez pas.

    Vous pouvez aussi demander l’avis de personnes de confiance. Leur perception peut vous aider à mieux vous connaître.

    Vous devez arriver à faire un portrait de vous-même assez réaliste et à partir de là décider de changer certains aspects de votre personnalité et d’en accepter d’autres sans aucune honte.

    Si vous avez besoin d’améliorer certains aspects de vos connaissances, étudiez un livre sur le sujet, assistez à une conférence, inscrivez vous à un cours.

    Acquérir de l’expérience

    La deuxième étape est de passer à l’action. Vous avez décidez de changer des choses. Alors en avant!

    La confiance en soi est basée sur l’expérience. Plus vous pratiquez un type d’action, plus vous vous sentez capable de le mener à bien. C’est le principe des simulateurs de vol professionnels: reproduire des situations, normales ou pas, pour apprendre à réagir et à s’en sortir.

    Si vous savez que vous allez devoir réaliser une présentation dans les prochains jours, entraînez-vous! Faites une présentation « à blanc » seul, ou avec une personne de confiance, puis à un petit groupe de personnes connues.

    Si vous êtes timide et avez peur d’entrer en relation avec les autres, fixez-vous comme objectif d’aborder au moins une nouvelle personne chaque jour. Les occasions de s’entraîner ne manquent pas.

    Vos expériences sont forcément variées. Analysez ce qui a bien été, ce qui est améliorable, ce qu’il ne faut plus faire. Si vous avez connu un échec, cherchez à comprendre comment cela a pu arriver. Les causes qui vous sont propres, bien sûr, mais aussi les facteurs externes. Qu’auriez-vous pu ou dû changer? Que devriez-vous éviter la prochaine fois? Etc.

    Arrêter l’autocritique

    Ne suivez pas la voix intérieure qui coupe tous vos élans… « Ça ne marchera pas! », « Je n’en suis pas capable! », « Que vont penser les autres? », etc.

    Quand ce genre de pensées négatives vous envahit, faites le point le plus objectivement possible. Sont-elles réalistes? Sont-elles justifiées? Il y a forcément des éléments positifs à tirer de vos expériences passées, mettez les dans la balance.

    Chaque fois que vous agissez vous prenez un certain niveau de risque, c’est normal. Donc l’échec est possible. Et alors? Si vous ne faites rien vous ne changerez rien. Ce n’est pas votre but, n’est-ce pas?

    Savoir s’affirmer

    Vous devez apprendre à vous affirmer. A dire ce que vous voulez, ou ne voulez pas, à donner votre avis, à exprimer votre ressenti.

    Si le comportement d’une personne ne vous convient pas: dites-le. Sans agressivité. Dites ce que vous ressentez et ce que vous aimeriez voir changer. Cette attitude permet de fortifier sa confiance en soi.

    Quand vous avez confiance en vous, que vous vous sentez bien dans votre peau, cela se sent et se transmet aux autres.

    Les gens viendront vers vous, soyez donc ouvert pour qu’ils puissent mieux vous connaître et mieux vous apprécier. Vous avez tout à y gagner.

    9 réponses à “La confiance en soi ça se travaille”

    • ingenium says:

      Oh que oui, ça se travaille !
      Parait il suffit d’un rien et le moral revient et on apprend peu à peu à s’apprivoiser!
      J’étais d’une timidité maladive avant..

    • Mathilda says:

      N’y a t-il pas certaines façons, certains exercices précis pour redonner confiance en soi?

    • joel says:

      Bonjour,
      c’est la première fois que je parcours ce site;et je le trouve assez intéressant car nous pouvons apprendre énormément.Ainsi je passerai plus de temps à apprendre sur ce site.

      mes sincères remerciements à l’auteur.

    • Josée says:

      La confiance en soi

      Rémi,

      Ce n’est pas vraiment un dialogue, mais pour cet aspect de confiance, laissez-moi vous dire que je réalise aujourd’hui à quel point les gens que je peux fréquenter en général ne m’accepteront pas. A partir de cette réalisation du comportement des autres, j’ai commencé à m’apercevoir que je dois travailler la façon que je communique et tenir compte des réactions et le plus possible des réactions émotionnelles des autres et d’autres réactions de jugements et d’analyses que ce soit objectifs ou basés sur une impression du moment impulsive, cela fait en sorte qu’en étant capable de me rendre compte de plus d’éléments possibles venant de l’extérieur, je serai davantage capable d’ajuster mon comportement selon ces aspects donc que je peux percevoir, l’âge aussi de mes interlocuteurs, et aussi, dans quelle situation je me trouve; suis-je en face d’un supérieur dans un travail où il n’y a pas de possibilité de s’affirmer mais seulement d’exécuter des directives avec aucune possibilité d’affirmer quoi que ce soit sinon c’est la porte, ou suis-je dans un contexte d’enseignement où je suis le professeur qui doit motiver son élève et inspirer la confiance des parents et de l’élève.

      Donc comment faire ressortir une confiance en soi si on ne se connaît pas totalement. Combien de personnes que j’observe qui n’ont absolument pas conscience de ce qu’ils sont et ne savent même pas pourquoi elles ne sont pas appréciées.

      Cela demande une certaine perspicacité que de pouvoir anticiper des événements de sorte à ne pas se retrouver les deux pieds dans les plats et à pouvoir réagir correctement et répondre à nos interlocuteurs lorsque qu’une situation ou une conversation s’effectue.

      Pour pouvoir s’affirmer et être respecté, il faut tout de même croire en ce que l’on dit et être capable de se justifier et d’argumenter.

      Mais très souvent, ce n’est pas possible de bien planifier de façon réfléchi et calculée, il faut pouvoir improviser. Mais improviser sans exercice préalable est voué à y glisser bien des gaffes.

      Dans ma vie personnelle, personne ne m’aura guidée ni appris à penser. Ne lisant pas assez sur des sujets à y accéder, je suis comme une bouée flottant à la dérive et ce n’est que cette dérive que les gens perçoivent. Tout ce que je réussi de mieux, c’est de pouvoir l’ignorer et d’agir comme si je me sentais bien.

      Mais je suis tellement désespérée, que l’instant ou je me retrouve seule face à moi-même, je ne suis même plus capable de me supporter et de supporter cette lourdeur de vivre que je ressens profondément, tout cela accompagné d’une tristesse insoutenable avec un tiraillement intérieur prerque continuel.

      Je ne sais pas comment me trouver du travail, dans mon cas c’est ma préoccupation présente, je n’ai pas le temps d’y voir correctement etc. etc. J’éprouve toujours ce sentiment d’être emmurée dans un cercueil et de ne pas pouvoir bouger. Juste le fait d’aller voir un employeur, c’est une sorte de frayeur, sachant à l’avance que tant que je ne peux faire mes preuves, on ne me fera pas confiance. Et n’ayant pas confiance, on ne m’engagera pas. Alors je me dis que soit mon curriculum fait défaut, mon attitude et ce qu’en percwevront les gens. Comme je n’ai aucun moyen possible de changer, ce sera impossible d’obtenir un emploi et par conséquent cela devient impossible de pouvoir survivre puisque tout le monde va me rejeter.

      J’en suis rendue à cette conclusion de rejet venant des autres, pour toutes sortes de raisons inimaginables insensées logiques ou pas. On aimera pas ma tenue vestimentaire, mon embonpoint, mon expression, ma façon de marcher, l’ordre dans mes documents etc.etc.

      Je commence à me poser la question à savoir s’il est possible en ce monde d’apprécier la vie et d’être capable d’y survivre. J’ai cessé de me poser la question du bonheur ou de l’amour véritable ou même de l’amitié véritable en terme de communication. Mes communications dorénavant sont comme sclérosées, inanimées d’une absence de présence, une sorte de mort-vivant ou il n’existe plus de volonté d’être.

      Je suis trop fatiguée pour poursuivre, je n’ai pas terminer ce que je désirais vraiment dire ici, c’est le soir et mes idées s’embrouillent. Je ne suis pas aussi terne le matin. Je sais que tout cela semble compliqué, un jour je trouverai sûrement une issue à la vie.

      J’ai juste l’impression que ce Dieu m’accompagne actuellement. J’expliquerai un peu plus tard mon cheminement face à cela.

      Grace à vos écrits Rémi, j’ai pu me concentrer sur mes objectifs présents et agir pour qu’ils se réalisent malgré une stupeur incontrôlable. J’ai désiré affronter ce destin visé et des événements sont survenus pour y répondre. Je ne pense pas que c’est juste le hasard, j’ai posé les bons gestes aux bons moments et des gens on répondu à mes appels. Où se situe le rôle divin dans toute cette histoire, bien je pense qu’il se situe dans l’esprit des gens qui ont voulu me faire confiance.

      Je n’ai pas eu le choix de devoir définir à ces gens les objectifs que je poursuivaient et que je doive endosser et les rendre concrétisables. Alors cela va me projeter dans l’action et la création de ma vie ainsi que ma réalisation, à cause de ces événements qui font en sorte que je pourrai survivre, mais pour pouvoir survivre je n’ai pas le choix que de désirer vivre et réaliser ma vie.

      En ce qui concerne la confiance, bien je trouve que c’est quelque chose de très complexe. Je ne sais pas que je peux exercer une influence et que je pourrais affirmer mes idées ou même désirer quoi que ce soit ou que je pourrais changer quoi que ce soit. Il y a trop d’interventions, trop de situations qui viennent détruire toute démarche positive ou créatrice, si ce n’est que l’envie des autres. Alors tout devient un éternel combat pour cette justice et pour ne pas être complètement écrasée par les autres. Il devrait certainement y avoir une place en ce monde pour chacun d’entre nous puisque la Vie qui nous anime a bien désiré que l’on existe en nous mettant au monde.

      Cependant comme je vous le disais précedemment, il se peut que j’aie pu réussir quelque chose qui pourrait continuer de fonctionner. Je sais seulement que je dois continuer d’orienter ma concentration et toutes mes idées sur les objectifs que je visualise. Je me dis que si je suis capable de désirer finalement inventer ma vie, en réalisant que c’est la seule voie que tous et chacun devraient entreprendre, je pense que je viens de réaliser que ce serait la seule et unique issue. Donc inventer au fur et à mesure sa vie et tout ce qui l’entourerait. Cela signifie que je deviens dans un processus incessant de création, tel est notre destin à tous.

      Alors je n’ai pas le choix de me demander, réalisant cette destruction de ma personnalité graduelle, comment je pourrais renaître de ces cendres où il n’existe qu’un étouffement intérieur dont je dois me sortir seule.

      La seule chose présente qui me donne un seul espoir pour la vie, c’est cette sensation de n’être pas tout à fait abandonnée en pensant que ce Dieu serait là pour moi à sa façon à lui. Je vous reparlerai de cela en une autre circonstance.

      Si jamais je réussissais à me sortir de ce marasme financier dans lequel je me trouve actuellement, je pourrais penser à autre chose et voir s’il me reste suffisamment d’air pour respirer enfin au lieu de cette sensation de me noyer malgré que je ressens la vie qui désire encore vivre et ce Dieu qui semble être omniprésent. Je pense que je suis à la veille de découvrir d’autres aspects de ce monde bien au-delà de ce que l’on peut voir et expliquer. Avec une meilleure expérience future, je serai plus en mesure justement d’en concevoir les dimensions…

      Pour le moment, je me contente d’être réceptive à tout ce qui se passe et qui se trouve sur mon chemin.

    • Philippe says:

      Bonjour,
      permettez-moi de vous faire part de mon expérience qui pourra peut-être être utile à certains. Je n’aurais pas pu améliorer la confiance en moi sans l’intervention d’un psy. A l’àge de 8 ans ma vie a été court-circuitée par un viol. Le violeur, un prêtre ouvrier d’une quarantaine d’années, après m’avoir énormément valorisé devant d’autres enfants, m’a demandé de le voir en particulier , m’a complimenté à nouveau et m’a demandé d’être son ami. Jamais ma confiance en moi n’avait atteint un si haut niveau. Flatté, j’ai accepté. Après quoi il a « scellé » » le pacte d’amitié en me faisant cracher dans sa main, en faisant de même et en mélangeant les salives…!Les jours suivants il viola mon intimité par des attouchements et des baisers qui me laissèrent perplexe et écoeuré . Il se débrouilla pour me programmer afin que je n’en parle à personne. Dès lors je ne pouvais plus faire partie du monde des enfants, j’avais un secret à porter, j’étais en quelque sorte  » marié » à quelqu’un et je n’avais pas le droit de m’exprimer librement, je tombai dans l’ isolement et une déprime profonde.
      Ma vie fut sous-tendue par cet évènement et dès lors je me mis à chercher à reproduire ces « instants magiques » où je m’étais senti tellement confiant mais c’était à chaque fois pour retomber dans la déprime et l’isolement. C’est à 45 ans ,c’est à dire 38 ans plus tard, que j’en ai parlé à un psy, qu’il m’a appris que cet évènement avait déclenché ma dépression, et que j’ai pu la combattre en en parlant. Permettez-moi de vous dire que sans ce psy, jamais les exercices pour développer la confiance n’auraient été d’aucune utilité. Aujourd’hui je peux enfin les pratiquer avec efficacité et je fais des progrès. Que tous ceux qui ont un empêchement profond à s’exprimer fassent le nécessaire auprès d’un psy avant de développer la « CONFIANCE EN SOI ».

    • BOB says:

      C’est vrai la confiance en soi ça se travaille. Mais le plus important dans votre « post » est le fait de bien se connaitre soi-même, savoir qui l’on est, quels sont nos désirs profonds, nos aspirations et le sens que l’on donne aux choses. Bref, nous ne pouvons pas faire l’économie de faire un travail « rétrospectif » sur soi-même en pointant, certes,nos qualités mais surtout nos manques et nos failles qu’il va falloir surmonter pour en faire des points forts. Cette étape franchie l’expérience viendra consolider la confiance en soi, vecteur essentiel pour s’affirmer tant dans sa vie personnelle que professionnelle.

    • Rémi says:

      Merci à vous Ouenadio,

      Bravo, écrire un commentaire est déjà une grande preuve de confiance en soi!

      Cordialement,
      Rémi

    • OUENADIO says:

      Bonjour,

      Je me retrouve dans le thème abordé et j’en conviens que « La confiance en soi ça se travaille » et s’entretient tous les jours. Car c’est un équilibre vulnérable qui aussitôt atteint est aussitôt rompu par l’environnement et les émotions quotidiennes.
      Ce que j’apprécie dans votre « post » c’est de pouvoir déceler les indicateurs de baisse de régime ou facteurs de ruptures(pensées négatives entre autre) et les moyens de rassurer la confiance par des réalisations personnelles.

      Merci pour le thème, je mets en pratique ces conseils.

      Cordialement.

    Laisser un commentaire