Vous êtes ici : Accueil > Bonheur > Plus de flexibilité pour plus de bonheur

Les rubriques
Derniers commentaires
    • Katarina: Bonjour, Moi qui ai ce travers (mes parents ne m’écoutaient pas, me donnaient souvent tort) de...
    • Susie Q: Enfin un optimiste en voie de réintégration , lol …bravo
    • Susie Q: Mais non …. un Clown n’est pas triste , il est Chef d’orchestre de la Vie et c’est...
    • Michel Hébert: Je tiens à vous remerciez, ceux et celles qui écrive pour nous montrer que sortir de notre coquille ne...
    • Kelly: Cet article date… Mais je suis tombée dessus et je le trouve intéressant. Chez moi c’est mon...
    • Marcus: Je aimé vraiment cet article court mais très motivant.merci Rémi tu m’as vraiment aider
    • sachou: Merci beaucoup et que Dieu vous bénisses.
    • sachou: Cc j’ai vraiment apprecie votr article mw oxi je ve perdre du poids mais en vingt grace a vos conseil...
  • Citation du jour

    " En concentrant toutes ses ressources physiques et mentales, on accroît de beaucoup sa capacité de résoudre un problème. "

    Norman Vincent Peale

    Inscrivez-vous

    et vous recevrez gratuitement cet ebook contenant plus de 60 pages de conseils pratiques pour mieux profiter de la vie.

    Recueil des articles 2009

    Plus de flexibilité pour plus de bonheur

    Plus de flexibilité

    Flexibilité pour être heureux

    La flexibilité fait aujourd’hui l’objet de grandes discussions dans le monde du travail. Pour ou contre, les avis sont partagés et les débats s’éternisent.

    Je ne sais pas si vous avez, vous aussi, constaté le manque de flexibilité de la part de certains participants à ces discussions.  Ils ne semblent pas conscients que la flexibilité ce n’est pas seulement dans les heures de travail ou le salaire…

    Pourquoi manquons-nous de flexibilité?


    Notre manque de flexibilité face à certaines situations tient au fait que nous sommes dominés par des croyances.

    Au travers des expériences vécues au cours de notre enfance puis de la vie de tous les jours, nous nous forgeons des idées, des principes, des valeurs mais aussi des à-priori, des suppositions et tout cela forme l’ensemble de nos croyances.

    Étiqueter, juger ou filtrer, c’est une façon de nous simplifier une réalité qui est parfois trop compliquée pour être saisie entièrement par nos sens aux capacités limitées.

    Vivre dans la routine, bien dans sa zone de confort, sans remettre en cause nos comportements nous évite des complications et donc des souffrances inutiles.

    C’est vrai, mais ça nous fait aussi passer à côté d’autres aspects stimulants de la vie.

    Les dangers du manque de flexibilité.

    Il est plus facile de donner une étiquette à une personne (« Quel idiot ce type! ») que de chercher à comprendre pourquoi elle agit ou s’exprime comme elle le fait.

    Sans parler du risque de conflit (verbal ou même physique) que la remarque peut provoquer…

    L’absence de flexibilité nous enlève cette capacité de découverte et d’adaptation qui a permis à l’être humain d’évoluer au cours de milliers d’années.

    Les risques dus à une trop grande rigidité mentale peuvent être graves : les phobies, l’intolérance, le dogmatisme (se croire le détenteur de la vérité) ou encore l’autoritarisme (abus de pouvoir et comportement antidémocratique) en sont des exemples.

    Repensez donc à la fable de Jean de La Fontaine, le chêne et le roseau. Pas de flexibilité, c’est la rigidité et avec elle le risque de casse! 🙂

    Comment être plus flexible?

    Être plus flexible c’est nous éloigner de nos croyances réductrices et nous rapprocher de la réalité. C’est établir de meilleures relations avec soi-même, avec les autres, avec la vie en général.

    Ce n’est pas facile car ce ne sont pas les situations qui déterminent comment une personne se sent mais les interprétations qu’elle fait de la situation dans laquelle elle se trouve.  Le problème fondamental, selon le psychologue espagnol Jenny Moix, c’est que nous sommes conçus pour confirmer nos schémas, pas pour les déprogrammer.

    Nous ne pouvons donc nous améliorer, progresser, connaitre le bonheur que si nous sommes capables de rompre notre rigidité mentale et de rejeter certaines de nos croyances.

    1.    Flexibilité bien ordonnée commence par soi-même.

    Si vous voulez  apprendre à cultiver un esprit plus flexible, il faut commencer par vous-même.

    Il faut supprimer les étiquettes dont vous vous affublez, parfois inconsciemment.

    Ces étiquettes anodines du genre : «  Je suis timide », « je suis désordonné », « je suis plein d’humour » … sont l’image de l’opinion que vous avez de vous. Cependant la façon dont elles s’expriment remet en cause une possible évolution. Elles portent un jugement trop définitif ! Elles ne laissent pas la porte ouverte à un changement. Il vaut mieux dire « Il m’arrive parfois d’être timide ».

    La majorité des affirmations qui commencent par je suis sont potentiellement  dangereuses et doivent être évitées car elles manquent de nuance. Or, dans la réalité, rien n’est vraiment blanc et rien n’est vraiment noir, tout est gris…

    2.    S’entendre avec les autres, tâche difficile.

    Essayer d’imposer votre propre vision à quelqu’un d’autre c’est comme lui dire que ce que vous avez vécu est plus réel et meilleur que ce qu’il a vécu lui.

    Certaines personnes voudraient que les autres pensent, ressentent ou agissent comme elles. Elles s’appuient sur des principes qu’elles considèrent justes, logiques, cohérents et dans leur for intérieur elles désirent que les autres les appliquent et se comportent de la même manière qu’elles.

    Flexibiliser la relation avec les autres signifie comprendre et se sentir compris.

    Pour cela il faut vous mettre à la place de l’autre, laisser de côté vos propres croyances, au moins temporairement, et écouter en essayant vraiment de comprendre, en vous situant dans le ressenti de l’autre.

    Ensuite vous pouvez expliquer votre point de vue et essayer d’arriver à un accord, à une formule qui permette aux deux de gagner.

    Et même si l’accord n’est pas possible, c’est le respect qui doit rester de mise.

    3.    Autres comportements pour plus de flexibilité.

    Voici, brièvement, d’autres comportements à prendre en compte:

    • Acceptez les jugements des autres, en particulier dans le milieu professionnel. Il faut comprendre qu’une remarque que l’on fait sur votre travail ne signifie pas un jugement de qualité sur vos valeurs personnelles.
    • Acceptez l’échec. Un mauvais résultat n’est pas significatif d’une incapacité. N’oubliez pas, seuls ceux qui ne font rien ne connaissent pas l’échec.
    • Ne soyez pas intransigeant. Si votre volonté est d’aboutir à un accord, il faudra faire des concessions pour y parvenir.
    • Adaptez-vous aux circonstances, aux personnes.
    • N’hésitez pas à vous remettre en cause si nécessaire.

    En guise de résumé, voici un court extrait du livre de Walter Riso (auteur argentin) « El arte de ser flexible »)

    La flexibilité mentale est beaucoup plus qu’une habilité ou une compétence: c’est une vertu qui définit un style de vie et permet aux personnes de mieux s’adapter aux pressions de l’environnement. Un esprit ouvert a plus de probabilités de générer des changements constructifs susceptibles de se traduire par une meilleure qualité de vie et la capacité d’affronter les situations difficiles.

    Bonne flexibilité!

    3 réponses à “Plus de flexibilité pour plus de bonheur”

    • ingenium says:

      Avant de l’être il faut déjà apprendre à s’apprivoiser!

    • Cedric says:

      Oui en effet la flexibilité doit avant tout être acquise au niveau de l’esprit!

    • valou says:

      Se serait vraiment un rêve si nous pouvions tous appliquer la flexibilite chose pas facile!

      J ‘ai apprécier votre sujet il permet de s’analyser et de remettre certaines choses à leurs places.

    Laisser un commentaire