Vous êtes ici : Accueil > Objectifs > Gagner > Pourquoi vouloir toujours avoir raison?

Les rubriques
Derniers commentaires
    • Aurélien: Merci de nous faire part de vos arguments, et de faire partie du web 😉
    • Wendy: Bonjour, sa va faire 1 moi que je déprime suite a un déménagement et le fait d’avoir repris les études...
    • madjid: Merci énormément 🙂 c’est a partir de la que en constate la puissance de la pensé positif
    • Chibrus Octavus: FAUX !
    • Dianne: Après vos commentaires je trouve que pas mal de personnes ont le même problème que moi je vais rester skochée...
    • Katarina: Bonjour, Moi qui ai ce travers (mes parents ne m’écoutaient pas, me donnaient souvent tort) de...
    • Susie Q: Enfin un optimiste en voie de réintégration , lol …bravo
    • Susie Q: Mais non …. un Clown n’est pas triste , il est Chef d’orchestre de la Vie et c’est...
  • Citation du jour

    " Rien ne sert d'aimer nos richesses puisque nous ne les emporterons pas avec nous. Nous sommes nés sans bagages et nous mourrons sans. "

    Proverbe chinois

    Inscrivez-vous

    et vous recevrez gratuitement cet ebook contenant plus de 60 pages de conseils pratiques pour mieux profiter de la vie.

    Recueil des articles 2009

    Pourquoi vouloir toujours avoir raison?

    Toujours avoir raison

    Toujours avoir raison

     “Toi, tu veux toujours avoir raison”. Voilà le genre d’affirmation qui s’entend parfois dans les conversations. Avoir raison semble être bien en soi pourtant cela déclenche bien souvent des querelles entre les interlocuteurs.

    Pire les personnes qui veulent toujours avoir raison finissent souvent par être rejetées par leurs relations professionnelles, amicales voire familiales.

    Alors vaut-il mieux avoir toujours tort?

    Peux-t-on vraiment toujours avoir raison

    D’abord pourquoi avons nous, presque tous, tendance à vouloir avoir raison lorsque nous discutons avec d’autres personnes?

    La première réponse est simple, en apparence: c’est parce que nous sommes convaincus que nous avons raison. Nous sommes convaincus de posséder la vérité par rapport à une question, une situation, des faits précis.

    S’il s’agit de dire que 2 plus 2 font 4, il est difficile que cela ne soit pas admis et je ne crois pas qu’une polémique puisse en jaillir.

    Mais quand on émet un avis, on donne une opinion, quand la subjectivité intervient alors là, oui, le désaccord est souvent au rendez-vous.

    Les sujets tabous qui génèrent les disputes sont bien connus: la politique et la religion sont les principaux. Ce sont ces sujets que l’on évite d’aborder dans un repas de famille ou d’amis.

    Au sein d’une équipe professionnelle les désaccords  sont souvent générés par des divergences à l’heure de faire des choix stratégiques:  décider d’une politique commerciale par exemple mais dans ce cas il y a un responsable qui transige.

    Mais au fait, qui détient la vérité?

    Nous interprétons tous les événements au travers de nos sens, de nos émotions, de notre éducation, du milieu dans lequel nous vivons. Après être passée par tous ces filtres, qu’en est-il de la vérité?

    Ce que je pense et que je considère comme vrai ne l’est bien souvent que pour moi car c’est mon point de vue, ma vision des choses. Il est donc tout à fait normal que mon interlocuteur ait aussi son avis, sa vérité. Ne l’oublions jamais!

    “C’est vrai, je l’ai vu à la télé!” Voilà encore le genre de preuve qui me fait bondir (intérieurement). Les journalistes rapportent rarement des faits objectifs et je suis gentil quand je dis ça! Cela ne peut donc pas être une preuve mais un avis de plus. Restons prudents avec les informations des journaux  (écrits, parlés, télévisés) car les démentis suivent souvent!

    La deuxième réponse est un peu plus complexe. Elle fait intervenir la personnalité de celui qui veut toujours avoir raison.

    Quand on cherche à imposer ses opinions, sa vérité, c’est en fait pour se positionner vis à des autres, pour être quelqu’un dans cette relation de communication. Pour prouver que l’on existe.

    Cela démontre tout simplement un manque de confiance en soi!

    Et oui, si votre point de vue n’est pas retenu, vous vous sentez incompris, rejeté, nul, inutile, etc. Qui n’a jamais ressenti cela?

    Le fait d’insister pour imposer sa version, malgré les avis contraires, démontre également un manque de maîtrise de soi. On se laisse mener par cet instinct de survie qui nous pousse à vouloir vaincre à tout prix et qui peut parfois nous entraîner jusqu’à la colère voire à des réactions violentes que l’on regrette après bien sûr … mais trop tard!

    Comment renoncer à vouloir toujours avoir raison?

    Non, la réponse n’est pas en ayant toujours tort!

    Encore une fois c’est une affaire de comportement par rapport à une situation particulière, les réponses peuvent donc être multiples.

    Voici quelques pistes:

    Posez-vous la question : “Qu’est-ce cela va changer que j’ai raison ou pas?”. Combien de fois le simple fait de vouloir imposer sa raison bloque complètement une conversation. Si la controverse a lieu pour un point particulier qui n’a rien, ou peu, à voir avec le véritable sujet de la conversation, s’entêter ne fera qu’empêcher d’avancer. Si vous voulez avancer, laissez tomber et revenez au sujet principal.

    Avez-vous vraiment compris ce que dit votre interlocuteur? L’avez-vous écouté en vous efforçant de le comprendre?

    Si ce n’est pas le cas, posez lui des questions (pertinentes) pour qu’il précise sa pensée et peut-être, avec un peu de chance, change d’opinion tout seul !

    Il est dangereux d’avoir des idées préconçues et d’essayer de deviner les pensées de l’autre. Il ne faut pas partir sur les chapeaux de roue parce que “vous croyez avoir compris que l’autre pense que…”

    Dans tous les cas faites preuve de confiance en vous, maîtrisez vous.

    Si nécessaire, n’hésitez pas à mettre de l’eau dans votre vin comme le dit l’adage populaire. Concéder un peu de raison à l’autre flattera son ego et le rendra plus ouvert à vos arguments.

    Au niveau professionnel, il est important de ne pas prendre les désaccords des collègues ou des supérieurs hiérarchiques pour des attaques personnelles mais comme des hypothèses de travail, comme des bases de réflexion pour améliorer les résultats de l’entreprise et vos propres résultats personnels.

    Pour faire changer d’avis quelqu’un qui n’est pas d’accord avec moi, j’utilise souvent la technique du doute. En posant des questions bien orientées il est relativement facile d’amener une personne à perdre son assurance et à remettre en cause certains aspects de ses certitudes initiales.

    C’est à partir de ces points de doute que je tente de raccrocher mes propres arguments et bien souvent j’obtiens un acquiescement qui me permet d’avancer vers mon but.

    Enfin, pourquoi ne pas reconnaître que nous avons tort, si votre interlocuteur le démontre? Qu’y-a t-il de mal à cela? Se tromper est humain, n’est-ce pas? On a tous le droit à l’erreur. Ce qui est mauvais c’est de répéter toujours les mêmes erreurs!

    Rien n’est plus dangereux que la certitude d’avoir raison.

    Jacob François

    Et face à quelqu’un qui veut toujours avoir raison?

    Je dirai que les arguments sont exactement les mêmes car finalement il n’y a problème que si les 2 interlocuteurs veulent avoir raison!

    Ne faisant plus parti des gens qui veulent toujours avoir raison, c’est avec plaisir que j’attends vos commentaires sur cet article 🙂

    18 réponses à “Pourquoi vouloir toujours avoir raison?”

    • Aurélien says:

      Merci de nous faire part de vos arguments, et de faire partie du web 😉

    • Katarina says:

      Bonjour,
      Moi qui ai ce travers (mes parents ne m’écoutaient pas, me donnaient souvent tort) de souvent avoir raison ou d’avoir le dernier mot, je remercie toutes ces interventions. Je suis en transformation par rapport à ce « rapport de force » : je ne « veux » plus rien. J’écoute, je m’exprime… j’écoute de plus en plus, et de mieux en mieux, j’espère. VOULOIR est un chemin pernicieux. Quand on ne « veut plus » quelque chose par rapport à quelqu’un ou par rapport à la vie… des mondes s’ouvrent….d’autres possibilités… une meilleure connaissance de soi et une sensibilité moins centrée sur l’affirmation…
      Katarina… et merci à tous !

    • Moi says:

      Je sais que la description fait pe ser aux i tellos mais eux c pour frimer moi c l’insertion de toujours avoir le dernier mot.

    • Moi says:

      Voila, moi se qui gens mon entourage ce n’est pas de vouloir avoir toujours raison mais avoir toujours raison. En fait j’ai 14 ans et je connais beaucoup plus de chose que mes amis et lors de n’importe quelle conversation, je doit rajouter une affirmation. Ce n’est pas pour frimer mais en fait je pensais que cela les intéressés. Je ne crois pas que ce soi de la jalousie de leur part. Et sur tt et n’importe quoi, je ne supporte pas qu’ils disent des bêtise.
      Je sais que sa les gennent, comment me retenir svp

    • Vous écrivez :
      « Pour faire changer d’avis quelqu’un qui n’est pas d’accord avec moi, j’utilise souvent la technique du doute. En posant des questions bien orientées il est relativement facile d’amener une personne à perdre son assurance et à remettre en cause certains aspects de ses certitudes initiales.

      C’est à partir de ces points de doute que je tente de raccrocher mes propres arguments et bien souvent j’obtiens un acquiescement qui me permet d’avancer vers mon but. »

      J’ai bien aimé cette partie car cela va dans le sens d’une de mes préoccupations de toujours en tant que formateur et en tant que créateur de méthodes d’influence et de persuasion non argumentatives.
      En ce qui me concerne je procède un peu autrement : quand je veux faire changer d’avis quelqu’un je procède en 3 étapes :
      – je le fais parler et développer son opinion
      – je le relance sur les nuances qu’il a lui-même admis;, la partie de lui qui dit non à l’opinion du départ,
      – je rends cette partie plus importante, je la gonfle…
      jusqu’au moment où je pose de nouveau la question et l’autre (au moins une fois sur deux) me dit le contraire de ce qu’il a dit au début.
      En fait ainsi je garde une relation amicale et je ne dévoile jamais ma propre opinion.
      ça marche surtout avec des inconnus, car nos proches savent déjà nos opinions et résistent plus à tout changement des leurs.
      J’en ai fait un jeu en ligne et nous enseignons cette méthodes aux commerciaux qui s’appelle Polemios.
      Si ça vous intéresse vous en trouverez une description sur le site et une vidéo sur Youtube.
      Merci.

    • Greg says:

      Bonjour

      Vous avez très bien résumer les situations qui peuvent opposer deux personnes sur leurs points de vue . Cela dit quand vous essayez de faire comprendre à la personne qui s’oppose que les opinions peuvent être différentes et qu’il possible de le justifié . Faut il le ou la laisser croire quel à raison et ainsi le ou la laisser prendre encore plus confiance ?

      Merci de répondre

      Cordialement

    • alienor says:

      très intéressant…j’ai une amie qui dés que l’on ne va pas dans son sens se met dans une colère limite du clash, du coup je la voie de moins en moins car elle ne m’entend pas dés que le sujet est polémique entre nous deux, et elle c’est refait un cercle d’amis, plus jeunes sans caractère qui disent amen à tout ce qu’elle dit car elle les terrorise. Moi j’aime cette personne mais j’aimerai qu’elle puisse changer ce côté de sa personnalité, croyez vous que ce soit possible?

    • al1mal1 says:

      Lors d’un entretien on m’a posé la question « vous aimez bien toujours avoir raison ? » et cette question je l’ai trouvée bizarre.
      Grâce à cet article, me voilà maintenant avec une petite idée du sous-entendu (manque d’écoute de ma part ?)

      A peu de choses près, j’ai répondu : « oui, sauf quand j’ai tord, et ça arrive assez souvent »… C’était une pirouette, je n’en pensais pas un mot, car… j’ai presque toujours raison ! (là c’est plus ou moins de l’humour).

      Plus sérieusement, les gens qui ont presque toujours raison en deviennent agaçants, car on se sent mal à l’aise avec eux. Il y a aussi parfois ce côté « j’étale ma science », peu apprécié. Dois-je en déduire qu’à mon niveau, il soit bon de parfois renoncer à débattre d’un sujet avec des personnes qui me semblent se tromper, et essayer de m’en accommoder, même si elles se prennent un mur ? Non. Je crois que le plus important est juste de n’appuyer lourdement sur son point de vue que dans les cas d’absolue nécessité ou certitude, et laisser le débat se dérouler ou la décision se prendre sans rien ajouter le reste du temps (surtout en cas de léger doute).

      Encore merci pour cet article !

    • Thomas says:

      Attention aux fautes d’orthographe (peux-t-on…).

    • Rémi says:

      Oui Nathalie, je suis d’accord.
      Les gens qui n’écoutent pas les autres ou pire se fâchent quand on cherche à les convaincre, manquent tout simplement de confiance en eux. Ils cherchent à imposer leurs points de vue par peur de perdre la face. Alors que ça n’a absolument rien à voir… C’est normal que chacun d’entre nous ait son opinion. C’est tout aussi normal que l’on trouve un compromis à l’heure de prendre des décisions par exemple. Savoir mettre de l’eau dans son vin!

    • Nathalie says:

      Bonjour, très intéressant. Pour ma part, je me fais dire que je veux toujours avoir raison. Mais moi, je ne le trouve pas, si quelqu’un discute avec moi et qu’il me donne de bons arguments sur un sujet dont nous sommes en désaccord, c’est certain que ça me fait réfléchir, je ne continu pas a me battre pour donner mon opinion, je deviens convaincu ou en questionnement. Je ne sais pas si je me trompe mais, j’ai l’impression qu’il y a des gens qui ne sont pas capable de se défendre et c’est plus simple de dire a la personne avec qui il y a désaccord, qu’elle veut toujours avoir raison. Moi de répondre a la personne qui me dit ça, bien, OK, si j’ai tort démontre le moi.

    • pierre says:

      Je trouve pertinent cet article qui nous renvoie en fait à notre propre nature humaine. Vouloir simplement avoir raison ( pas toujours)est naturel. Cela en effet nous valorise et confirme l’adage qui dit qu’on a toujours besoin même du plus petit que soi. Cela nous donne également ce sentiment que nous comptons pour les autres, que nous sommes capables d’apporter notre contribution, si modeste soit-elle, à la réflexion en général. L’important dans ce « jeu », c’est bien l’écoute, écouter son interlocuteur qui est un signe de maturité et de maîtrise de soi.

    • Bailo says:

      buesnos dias,
      je pense qu’il est super important de faire ce type d’article ou le lecteur a souvent tendance à croire qu’on sadresse exactement à lui. speak once but listen twice!

    • Levert Patrick says:

      Erare humanum es,il est de la nature de l’homme de se tromper .On peut toujours vouloir avoir raison et c’est la une mauvaise tendance de la part d’une personne ,qui peut arriver a une obsesion qui est une chose tres grave ,comme dit le diphtongue :l’exces en tout nuit (ca nuira sans doute a sa personalite).
      Comment preparer un profil de soi?

    • Pascal says:

      Bonjour

      Une fois encore merci pour toutes ces contributions combien enrichissante. Je me retrouve vraiment dans cet exposé et cela me réconforte dans mes démarches quand je suis en discussion ou causerie avec quelqu’un. Ne pas reconnaitre qu’on a tort est un pire défaut que l’on doit le plus éviter dans la vie et cela participe à l’épanouissement des relations à tous les niveaux.

      Merci

    • Pénélope says:

      bonjour,

      Et si c’était tout autre chose, s’il y avait derrière cette confrontation d’idée, un point de jalousie en fait.
      Comment résoudre ce problème s’il est résolvable?
      J’ai vécu cette situation, j’ai simplement tenue tête à cette personne pour un point de détail… Mon compagnon n’a pas apprécié que je me positionne devant cette « femme » malgré cela il lui a quand même dit que j’avais raison. Au final c’est elle qui a gagné, je dois aujourd’hui me trouver un appartement!!!

    • sala says:

      Merci beaucoup pour toutes les informations que vous nous donnez.Non seulement elles constituent un apport pour nous mais surtout nous nous identifions à travers.
      Mais j’aurai bien aimé que vous nous parlez de la prise de parole en public.J ‘ai du mal à parler en public.Merci

    • Florent says:

      Article très intéressant !
      Merci pour cette mise au point.

    Laisser un commentaire